Die Mitte Links-CSP fordert eine kohärente kantonale Strategie für das HFR, die der gesamten Bevölkerung dient

Die Mitte Links-CSP Freiburg war erstaunt über die jüngsten Entscheidungen des HFR. Mit der Bewertung der Gesamtauswirkungen auf das Leben der Bürgerinnen und Bürger des Kantons muss jedoch gewartet werden, bis die gesamte HFR-Strategie enthüllt ist. Diese Strategie muss nachhaltig sein und der gesamten Bevölkerung des Kantons dienen.

Die vom HFR beschlossene Schliessung des Notfalldiensts am Standort Riaz, auch wenn sie Teil einer gewissen Logik des wirtschaftlichen Überlebens des Freiburger Spitals ist, hat genug, um die BewohnerInnen des Südens des Kantons zu kränken, die bereits enttäuscht sind, ihre Geburtsabteilung verloren zu haben. Aus Respekt vor der kantonalen Zweisprachigkeit ist die ML-CSP jedoch mit dem Unterhalt des Notfalldiensts in Tafers äusserst zufrieden. Es besteht kein Zweifel daran, dass die Vielzahl der HFR-Standorte erhebliche Kosten verursacht, die das HFR langfristig nur schwer zu tragen haben wird. Die Spitalpolitik darf sich aber nicht nur an den Kosten orientieren, sondern muss vor allem eine qualitativ hochstehende Versorgung der Bevölkerung im ganzen Kanton sicherstellen. Obwohl die soeben angekündigten Entscheidungen für den südlichen Teil des Kantons schmerzhaft sind, wird die Weiterführung eines Kantonsspitals in einem besonders angespannten finanziellen Kontext nicht ohne einige Verzichte auf die Vielzahl der Standorte möglich sein. Dies muss jedoch wohlüberlegt geschehen, wobei vor allem die Bedürfnisse der gesamten Kantonsbevölkerung berücksichtigt werden müssen. Die ML-CSP ist daher neugierig auf den detaillierten Plan, den das HFR aufstellen will, um allen BürgernInnen des Kantons eine qualitativ hochwertige Gesundheitsversorgung zu garantieren, wohl wissend, dass die Covid-19-Pandemie besonders schwere finanzielle Auswirkungen für die Einrichtung haben wird.

Le CG-PCS demande pour le HFR une stratégie cantonale cohérente qui serve l’ensemble de la population

Le Centre Gauche-PCS Fribourg a pris connaissance avec une pointe d’étonnement des récentes décisions du HFR. Il faudra cependant attendre que toute la stratégie du HFR soit dévoilée pour apprécier dans son ensemble l’impact de celle-ci sur la vie des citoyenžnežs du canton. Cette stratégie doit être durable et servir l’ensemble de la population cantonale.

La fermeture des urgences de Riaz décidée par l’HFR, même si elle s’inscrit dans une certaine logique de survie économique de l’Hôpital fribourgeois, a de quoi heurter les habitantžežs du Sud du canton, déjà déçužežs d’avoir perdu leur maternité. Cependant, le CG-PCS est extrêmement satisfait du maintien des urgences à Tavel, par respect pour le bilinguisme cantonal. Il ne fait aucun doute que la multiplicité des sites de l’HFR engendre des coûts conséquents que le HFR aura du mal à pouvoir supporter à long terme. Toutefois, la politique hospitalière ne doit pas seulement être basée sur les coûts, mais surtout assurer un service de qualité pour la population, sur l’ensemble du territoire cantonal. Si les décisions qui viennent d’être annoncées sont douloureuses pour le Sud du canton, la pérennisation d’un hôpital cantonal dans un contexte financier particulièrement tendu, n’ira pas sans quelques renoncements en ce qui concerne la multiplicité des sites. Mais cela doit se faire de façon réfléchie et tenant avant tout compte des besoins de toute la population cantonale. Le Centre Gauche-PCS est donc curieux de connaître le plan détaillé que le HFR compte mettre en place pour garantir une prise en charge sanitaire de qualité à l’ensemble des citoyenžnežs du canton sachant que la pandémie de Covid-19 aura des impacts financiers particulièrement lourds pour l’établissement.

Non à l’initiative de résiliation!

Attaque contre la protection des travailleurs/euses

L’objectif véritable de l’UDC ressort de son communiqué de presse du 30 janvier 2018 : la fin de l’accord Suisse-UE sur la libre circulation des personnes « entrainera la suppression des mesures d’accompagnement » et permettra de revenir à « des rapports de travail entre employeurs et salariés (…) réglés de manière souple en fonction des besoins individuels ».

Autrement dit, revenir à une forme de loi de la jungle qui permettrait aux employeurs de fixer seuls les conditions d’emploi et reviendrait donc pour les employés/ées à travailler plus pour gagner moins et dans de plus mauvaises conditions.

La crise que nous traversons et ses conséquences sur les plus vulnérables montre qu’il faut plus de protection pour les travailleurs/euses et pas moins.

Fin des accords bilatéraux : conséquences économiques et sociales désastreuses

En cas d’acceptation de l’initiative, l’UDC pourrait faire d’une pierre deux coups puisqu’il serait mis fin, en raison de la clause guillotine qui les lie, aux accords bilatéraux Suisse-UE et probablement aussi à Schengen-Dublin, des accords que l’UDC combat depuis 20 ans.

Selon un rapport du SECO de 2016, l’abandon des accords bilatéraux I entrainerait une perte du PIB par habitant pouvant aller jusqu’à 4% d’ici 2035 avec les conséquences sociales néfastes et les pertes d’emplois que l’on peut imaginer. La fin de Schengen et Dublin renforcerait cette spirale négative : selon un rapport du DFAE de 2018, sans Schengen et Dublin, le PIB pourrait baisser de 1,6 % à 3,7 % à l’horizon 2030.

Dans son document de fond de 2018 sur la place industrielle suisse, l’UDC propose une solution pour compenser ces pertes : « La Suisse doit accroître ses efforts visant à conclure des accords de libre-échange dans le monde entier. » Cette solution est illusoire et dangereuse. Illusoire car la Suisse élargit depuis des décennies son réseau d’accord de libre-échange mais l’UE reste incontournable pour plus de la moitié de nos échanges commerciaux. Dangereuse car étendre les accords de libre-échange sans garde-fou comme le propose l’UDC signifie importer des biens qui sont produits selon des normes sociales et environnementales inacceptables et transportés de l’autre bout du monde avec les émissions de CO2 que cela implique alors que nous pourrions obtenir ces mêmes biens en Europe, produits selon des normes appropriées qui protègent les travailleurs/travailleuses et les consommateurs.

L’avenir du bien-être économique et social de la Suisse passe par des rapports apaisés et pérennes avec l’UE et ses Etats membres avec lesquels nous partageons des valeurs fortes comme la démocratie, l’état de droit et les droits humains.

Ja sur Verhandlungslösung für die Pensionskasse des Staatspersonals

Ende Juni wird der Grosse Rat den Plan des Staatsrats prüfen, die dauerhafte Finanzierung der Pensionskasse des Staatspersonals (PKSPF) sicherzustellen. Dieses Projekt ist das Ergebnis intensiver Verhandlungen mit den Sozialpartnern. Sie sichert allen Beamten im öffentlichen Dienst ein angemessenes Rentenniveau. Die Mitte Links-CSP beabsichtigt, diesen Vorschlag in der Debatte im Freiburger Parlament zu unterstützen. Lire la suite

Oui à la solution négociée pour la Caisse de pension du personnel de l’Etat

Le Grand Conseil va examiner fin juin le projet du Conseil d’Etat visant à assurer un financement pérenne de la Caisse de pension du personnel de l’Etat (CPPEF). Ce projet est le fruit de négociations intenses avec les partenaires sociaux. Il assure un niveau de rente qui reste décent pour l’ensemble des agentes du service public fribourgeois. Le Centre Gauche-PCS entend bien apporter son soutien à cette proposition lors des débats au parlement fribourgeois.

Lire la suite

1er mai : l’Humain est au centre et doit y res-ter

En ce 1er mai consacré au droit des travailleuses et travailleurs, bousculé par la pandémie du Covid-19, le Centre Gauche-PCS Fribourg (ci-après « CG-PCS ») saisit l’occasion de dire sa profonde reconnaissance et son plus grand respect à toutes celles et tous ceux qui, jour après jour, œuvrent sans relâche pour que nous puissions notamment être soigné×e×s, instruit×e×s, nourri×e×s, protégé×e×s et qui nous permettent de maintenir un lien avec nos aîné×e×s isolé×e×s. La dignité humaine n’a jamais été autant prise en considération qu’en ces jours sombres. Que cela dure au-delà de la crise, tel est le vœu du CG-PCS pour qui l’humain est au centre. Lire la suite

Der Mensch steht im Mittelpunkt und muss dort bleiben!

An diesem 1. Mai, der den Arbeitnehmerrechten gewidmet ist und im Zeichen der Covid-19-Pandemie steht, nutzt die Mitte Links CSP Freiburg (nachfolgend „ML-CSP“) die Gelegenheit, all jenen zu danken und den grössten Respekt auszusprechen, die Tag für Tag unermüdlich dafür arbeiten, dass wir versorgt, ausgebildet, ernährt und geschützt werden. Die Menschenwürde war noch nie so wichtig wie in diesen dunklen Tagen. Für die ML-CSP steht der Mensch im Mittelpunkt und wir hoffen, dass dies über die Krise hinaus Bestand haben wird.

Lire la suite

Restez à la maison! Bleiben Sie zu Hause!

https://www.fr.ch/covid19/sante/covid-19/message-a-la-population-restez-a-la-maison

Respectez rigoureusement les consignes émises par les autorités. Soyez solidaire, tout le monde est touché par cette crise !

> Prenez l’air, SEUL ou avec votre famille proche uniquement

> Evitez les contacts et observez une distance de 2 mètres

> Utilisez les numéros d’urgence uniquement en cas d’urgence

> Respectez rigoureusement les consignes émises par les autorités

> Ceux qui travaillent encore le font pour vous !

+++

https://www.fr.ch/de/covid19/gesundheit/covid-19/nachricht-an-die-bevoelkerung-bleiben-sie-zu-hause

Halten Sie sich strikt an die Weisungen der Behörden. Zeigen Sie sich solidarisch, jede und jeder ist von dieser Krise betroffen!

> Wenn Sie an die frische Luft gehen, tun Sie das ALLEINE oder nur mit Ihren unmittelbaren Familienangehörigen.

> Vermeiden Sie Kontakte und halten Sie einen Abstand von 2 m ein.

> Wählen Sie die Notfallnummern wirklich nur im Notfall.

> Halten Sie sich strikt an die Weisungen der Behörden.

> Wer noch arbeitet, tut dies für Sie!

3xJA am 9. Februar 2020 -Sophie Tritten wird Präsidentin, Emmanuel Bichet im Vorstand

Zum ersten Mal seit den eidgenössischen Wahlen 2019 hat sich die Mitte Links-CSP Freiburg (« ML-CSP ») zur kantonalen Delegiertenversammlung in Villars-sur-Glâne getrofffen.

Die Delegierten debattierten über die Abstimmungsvorlagen vom 9. Februar 2020. Die ML-CSP unterstützt einstimmig die Änderung des Strafgesetzbuches und des Militärstrafgesetzbuches, um die Diskriminierung aufgrund der sexuellen Orientierung zu bekämpfen. Die Initiative für bezahlbaren Wohnraum wurde einstimmig mit 4 Enthaltungen angenommen. Mit Begeisterung und nur einer Enthaltung möchte die ML-CSP schliesslich die Freiburger Gemeinde Clavaleyres BE (wieder) willkommen heissen.

Mit grosser Emotion und Dankbarkeit für die Arbeit und das unermüdliche Engagement für die Partei sprachen die Delegierten Philippe Wandeler, dem langjährigen Kantonspräsidenten und seit kurzem Co-Präsidenten der ML-CSP, eine stehende Ovation aus. Er sagte, er sei stolz und überzeugt von der Notwendigkeit einer Partei wie die ML-CSP, die zur politischen Vielfalt beiträgt und die Werte und Ideen, die uns wichtig sind, verteidigen kann. Mit seinem Rücktritt aus dem Präsidium wird Sophie Tritten nun allein den Vorsitz der ML-CSP übernehmen. Die Delegierten dankten auch Rolf Studer, der sich seit über 30 Jahren in der Partei engagiert und aus dem kantonalen Vorstand zurückgetreten ist. Er erinnerte die Versammlung an die Bedeutung des individuellen Engagements, insbesondere in Wahlkampfzeiten.

Schliesslich wählten die Delegierten mit grosser Begeisterung Emmanuel Bichet in den kantonalen Vorstand. Der in Saint-Aubin lebende Diplomat Bichet, der auf der Nationalratsliste kandidierte, ermöglicht es der Broye, wieder im Vorstand vertreten zu sein. Schliesslich zog die Partei eine positive Bilanz der Wahlen 2019 und ihres Wahlkampfs: Sie beabsichtigt, diese gute Dynamik im Jahr 2021 und darüber hinaus fortzusetzen.

3xOUI le 9 février 2020 – Sophie Tritten à la présidence, Emmanuel Bichet rejoint le comité cantonal

Réuni pour la première fois depuis les élections fédérales de 2019, le Centre Gauche-PCS Fribourg a tenu son Assemblée des Délégué-e-s cantonale à Villars-sur-Glâne.

Les délégué-e-s ont débattu des objets soumis au vote le 9 février prochain. À l’unanimité, le CG-PCS soutient la modification du Code pénal et du Code pénal militaire pour ajouter la discrimination en raison de l’orientation sexuelle. En ce qui concerne l’initiative sur les logements abordables, le parti l’approuve à l’unanimité moins 4 abstentions. Enfin, c’est avec enthousiasme et une seule abstention que le CG-PCS souhaite accueillir la commune bientôt – à nouveau – fribourgeoise de Clavaleyres BE.

Avec grande émotion et reconnaissance pour le travail et l’engagement sans faille pour le parti, les délégué-e-s ont réservé une ovation à Philippe Wandeler, longtemps président cantonal et depuis peu co-président du CG-PCS FR. Il s’est dit fier et convaincu de la nécessité d’avoir un parti comme le CG-PCS, qui contribue à la diversité politique et peut défendre les valeurs et idées qui nous sont chères. Avec son départ de la présidence, c’est désormais seule que Sophie Tritten présidera le CG-PCS. Les délégué-e-s ont également remercié Rolf Studer, engagé au sein du parti depuis plus de 30 ans, démissionnaire du comité cantonal. Il a rappelé à l’assemblée l’importance de l’engagement individuel, notamment lors des campagnes électorales.

C’est avec grand enthousiasme enfin que les délégué-e-s ont élu Emmanuel Bichet au comité cantonal. M. Bichet, diplomate habitant Saint-Aubin et candidat aux élections fédérales sur la liste du CG-PCS, permet ainsi à la Broye d’être à nouveau représentée au sein des instances du parti. Enfin, le CG-PCS a tiré un bilan positif des élections 2019 et de sa campagne : il compte poursuivre sur sa lancée en 2021 et au-delà.